Tout comme moi, vous avez du vous rendre compte que porter son didgeridoo tout en jouant est rapidement fatiguant ! On change de bras pour reposer l’autre. On teste en portant le didgeridoo plus ou moins proche de l’embouchure. Et si notre instrument a le malheur d’être trop lourd, on finit parfois même avec un mal de poignet ou de dos. Qui a connu ces situations comprends vite l’intérêt d’un trépied pour didgeridoo ! Sans compter que ce dernier peut être utilisé aussi bien assis que debout. Et si vous ajoutez à ça un peu d’amélioration maison, vous vous retrouvez rapidement avec un support polyvalent et abordable.

Pour toutes ces raisons, j’ai voulu partager avec vous l’utilisation ainsi que les modifications que j’ai apportées sur mon trépied de didgeridoo.

Underground Cosmic Didges dans lequel je joue avec Julien

Avant toute chose : ou acheter un support pour son didgeridoo ?

trepied pour le didgeridooVous vous en doutez, la première étape de la démarche est, bien sûr, de se procurer un support ! À l’époque, la seule solution que j’avais trouvée était d’acheter un trépied pour djembé. Je dispose ainsi d’un spécimen de la marque Stagg ressemblant à ceci :

Vous pouvez le commander chez :

Bien sûr, Stagg et Meinl n’ont pas l’exclusivité de ce genre de pied et vous trouverez facilement d’autres marques proposant des produits équivalents. Il existe même des supports spécifiques pour didgeridoo ! Vous les trouverez sur le site de Didgeridoo Passion. Je n’ai pas eu l’occasion de les tester mais comptez sur moi pour vous partager mon avis le moment venu !

[EDIT] Merci à Vincent et Jaime d’avoir parlé aussi de ce trépied moins cher encore sur MusicStore mais qui en revanche, demande quelques modifications pour être adapté pleinement au didgeridoo (ce que didgeridoo-passion a déjà fait pour vous, à vous de voir donc si vous êtes bricoleurs ou non !).

Quelques modifications sur le trépied de didgeridoo

Pour ma part, je souhaitais pouvoir jouer debout (en gardant les mains libres) tout en ayant une amplitude de mouvement droite/gauche, ceci pour créer une meilleure dynamique scénique. Aussi, une fois le stand acheté, un peu de bricolage était nécessaire !

1 . Comment pouvoir pivoter librement droite/gauche son didgeridoo

La plupart des trépieds ne permettent pas de faire pivoter le didgeridoo. Une fois fixé, l’instrument ne bouge plus. J’ai donc du contourner cette contrainte technique par quelques manipulations.
Sur mon modèle, une cale de serrage bloquait le haut du pied avec le bas du pied. Vous pouvez soit la retirer soit la retourner et la positionner selon une hauteur désirée (à vous d’adapter selon l’inclinaison souhaitée, votre taille et celle de votre didgeridoo).
La vis de serrage du pied doit rester desserrée pour permettre à la partie haute de pivoter facilement. Une petite astuce, pour qu’elle puisse bien glisser : huilez-là si nécessaire.

photo de la bague de serrage du trépied

Photo avant d’avoir retournée la cale de serrage

Fixer un micro directement sur le support de didgeridoo
.

De part son design, le trépied a déjà une avancée métallique pour maintenir le didgeridoo par sa cloche. Celle-ci est très bien dans l’état mais trop courte pour y fixer un micro. J’ai donc du ajouter une tige en métal afin de le prolonger. Ce fer plat mesure 45cm de long sur 3nm de large. Vous en trouverez de ce type dans les magasins de bricolage. Une fois installé, il servira de support au micro.
Chacun à sa méthode pour le fixer au trépied. J’ai vu certains joueurs utiliser de gros rubans adhésifs ou même de la chambre à air. De mon côté, j’ai percé la tige et utiliser des écrous papillons. Ces derniers ont l’avantage d’être pratiques pour le montage et démontage.

les fixations pour la tige du trépied

Une fois la tige installé, j’ai trouvé deux solutions pour fixer le micro :
• la première, la plus simple, est d’acheter une « fixation de micro sur table ». Il en existe entre 5€ et 20€. Cette solution permet d’ajuster le micro à n’importe quelle distance de la cloche.
• La seconde solution consiste à percer la tige. En faisant ainsi, vous permettrez à un écrou pour pince micro de passer (1€). Vous pouvez aussi vous assurer que l’angle du micro soit bien face à la cloche en utilisant éventuellement un contre écrou (1€). Pour vous permettre de placer le micro plus ou moins proche de la cloche, vous pouvez percer plusieurs trous en enfilade (voir photo). Je privilégie particulièrement cette solution car elle a l’avantage d’être légère et économique.

Une tige est ajoutée au trépied

Ajuster votre trépied facilement à chaque hauteur de didgeridoo

bague d'inclinaison du trépied de didgeridooJe joue, comme la plupart des joueurs, sur plusieurs didgeridoos. Je suis sont donc confrontés à un autre problème : la variation de longueur des instruments implique de faire varier l’inclinaison du trépied pour que l’embouchure reste à la hauteur de ma bouche.

Mon trépied est doté d’un système d’inclinaison avec des crans, il est donc complexe, voire impossible d’ajuster la position uniquement de cette manière rapidement, surtout en concert.

Afin d’éviter ces déboires, la solution optimale serait d’avoir un pied par instrument. Mais je ne vous raconte pas le poids, l’encombrement et le transport de chaque pied associé à son didgeridoo !
Heureusement, il existe une astuce donnée par Colas Testu (Lire aussi : Déjà 3 générations de joueurs de didgeridoo en France !).

Tout d’abord, sur votre trépied en position basse, vous devrez régler l’inclinaison pour votre didgeridoo le plus long. Ce sera le réglage de base de l’inclinaison, elle ne bougera plus.
Pour tous vos autres instruments, il ne vous restera qu’à venir mettre des cales (sorte de bagues) à appliquer sur la rallonge du pied pour ajuster la hauteur à chaque didgeridoo (merci Colas !).

Ces cales sont à réaliser avec un PVC diamètre 32mm disponible en magasin de bricolage. Une bague est nécessaire par note. Elles peuvent être coupées en C pour se clipser et déclipser comme vous pouvez le voir sur cette photo.

Cales faites grâce à des demi-tubes de PVC

C’est simple à réaliser et le réglage est précis. Grâce à cette méthode, vous garderez la liberté de faire pivoter votre didgeridoo sur son axe.
Pour ma part, cela fonctionne pour la majorité de mes didgeridoo : de mon MI jusqu’à mon LA (2m60) (lire aussi : Quelle note choisir pour débuter au didgeridoo ?). Le seul inconvénient reste qu’une manipulation est à faire pour chaque changement de note, mais elle est rapide et efficace.

Et hop, une autre vidéo d’une scène avec les trépieds de didgeridoo

Vous l’aurez remarqué, chaque joueur a ses propres astuces et ses propres habitudes quand il s’agit de s’organiser autour de sa pratique ! J’ai partagé avec vous ce que j’utilisais pour avoir un support confortable et polyvalent et je serai curieux d’avoir vos retours et astuces !

N’hésitez pas à les partager en commentaire, cela permettra de mettre en commun nos idées !

On en parle sur le forum de Wakademy

photo de Gauthier Aubé en train de jouer du didgeridoo
À propos de l’auteur | Adrien B.

Joueur de didgeridoo pour les groupes Underground Cosmic Didgs et Pranavibes, j’ai découvert l’instrument en 1998 après avoir soufflé dans des tuyaux d’aspirateur ! J’ai commencé à composer à partir de 2009 à la recherche de sonorités alliant harmoniques, rythmiques et techniques beatbox. Suivez-moi sur facebook

Pin It on Pinterest

X