Gauthier Aubé jouant du didgeridoo

Pourquoi la backpressure n’a (quasiment) aucune importance au didgeridoo

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Partager sur whatsapp
Partager sur email

La backpressure ou contre-pression en français, est un critère important pour beaucoup de joueurs de didgeridoo. En effet, il permet à lui seul de juger si un instrument est plus ou moins facile à jouer. Mais qu’on se le dise, on lui donne beaucoup trop d’importance ! Je vous en parle dans ce premier épisode solo des Podcasts de Wakademy !

Choisissez votre plate-forme d’écoute

Google Podcast (Android)
Apple Podcast (iPhone)
Anchor Podcast (Site Web)

Pour aller plus loin dans la compréhension du didgeridoo

4 critères essentiels pour comprendre la psychologie de votre didgeridoo !

Pourquoi l’analyse des fréquences de votre didgeridoo va vous aider à mieux jouer !

Crédit photo: Olivier trubert

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur tumblr
Partager sur whatsapp
Partager sur email

À propos de l'auteur

Gauthier Aubé

Gauthier Aubé

Ami.e.s du didgeridoo bonjour ! Je m'appelle Gauthier Aubé et je suis le fondateur de Wakademy, l'école française du didgeridoo. Si vous vous demandez comment Wakademy peut vous aider à progresser au didgeridoo, je vous invite à visiter cette page. D'ici là, longue vie au souffle ! 💫

On continue la lecture ? 🤗

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
12 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Valérie Thomas
Valérie Thomas
2 années il y a

Bien agréable cette voix et précisions bien utiles ma foi… ; )

Merci Gauthier d’autant d’implication et de passion : )

Lorys Masson
Lorys Masson
2 années il y a

Bonjour Gauthier, je crois que c’est la chose la plus constructive que j’ai entendu sur le didgeridoo. ?

jaime
jaime
Répondre à  Lorys Masson
2 années il y a

Super Gauthier !!!
Merci pour ce podcast, tu as raison c’est vraiment génial de pouvoir t’entendre comme ça comme à la radio.
Et puis j’adore entendre ta vision des choses par rapport à cet instrument de magnifique qu’est le didgeridoo.
Franchement j’en veux d’autres !!! j’en veux d’autres !!!
Tu as une vision vraiment particulière de cet instrument.
Tu me permets d’y voir autre chose qu’un simple bout de bois.
J’ai adoré ton discours sur » l’instrument c’est vous »,  » se reposer sur le didgeridoo est une béquille »…

Dans cette petite niche qu’est le didgeridoo, je trouve ça important de pouvoir partager nos visions, c’est tellement enrichissant !!!

Encoreeeeeeee !!!!

Gros bisous

GERALD
GERALD
2 années il y a

Bonsoir Gauthier,
j’ai écouté ton podcast sur la backpressure. Tu nous en avais parlé lors de notre stage, suite à tes commentaires je me suis empressé à mon retour de stage de me fabriquer un didgeridoo cylindrique. C’est un SI longueur de 1m65 avec une cloche de 1O cm. Il est en aulne.

Je suis habitué à jouer sur un conique et je me suis aperçu qu’il me fallait un certain temps d’adaptation pour jouer sur une forme cylindrique ! En effet, il ne suffit pas d’envoyer la pression tout au contraire il faut le travailler tout en finesse. Une fois que l’on a compris, il dégage un son envoutant et très agréable à jouer.

En conclusion, si je peux me permettre, je ne crois pas que les coniques nous incitent à la paresse. Ils nous offrent un jeu complètement différent. Il est impératif au choix d’un didgeridoo de savoir ce qu’il en est.

Me concernant, quand je suis allé chez Grégory pour en essayer plusieurs j’étais surpris de ne pas pouvoir sortir le bourdon sur certains didges. Mon choix a été simple, j’ai pris celui avec lequel je pouvais jouer. C’est seulement maintenant que je comprends pourquoi je ne pouvais pas avoir le bourdon. Avoir les deux formes me semble être la solution finale.

SaïSaï
SaïSaï
2 années il y a

Hello Gauthier,
Bah, c’est super tout ça Gauthier, super intéressant, sauf que pour moi c’est un peu trop tôt tout ça, j’en suis qu’à la page 60 de ton livre et j’arrive au bout de deux mois à avoir le souffle circulaire. Tout ça grâce à toi… et un petit peu a moi, car je m’y attèle tous les soirs. En tout cas j’avance tranquillement et merci pour tes conseils. Je suis toujours sur mon tube PVC, mais je kiffe tellement que je reviendrais vers toi pour quelques conseils pour un achat sérieux d’un vrai Didge à la rentrée et compte bien par la même occasion prendre les cours en lignes. j’ai préféré commencé par le PVC car je ne savais pas si j’allais y arriver, mais je tiens le bon bout. Merci encore.

olivier luis
olivier luis
2 années il y a

Salut Gauthier,

Analyse très intéressante et pertinente de surcroit….je me suis aperçu à travers ce sujet qu’en évoluant dans ma pratique , je n’ai quasiment plus que des formes cylindriques….Par ailleurs, on pourrait penser qu’une personne qui débute sera plus facilement mis en confiance avec une back pressure plus élevée en ce sens qu’elle peut accéder plus aisément à certaines sensations et une mise en confiance plus aisée, plus rapide….ceci étant, rappeler que le corps est le moteur et le didgeridoo l’écho de cet être, me semble très important, voire fondamental ….comme tu le stipule, jouer avec un didgeridoo où la colonne est plus ouverte, offre une infinité de potentialités (recherches, remise en question, …) sur le jeu. Maintenant, tout le monde n’est pas forcément sur cet axe de travail…..d’où une forme d’assurance et de repos sur un didgeridoo avec une pression élevée (vivre sur ses acquis)….en tous cas, merci pour ce podcast qui incite à la réflexion et la remise en question ! ou pas d’ailleurs…..Olivier

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Ouverture des inscriptions

-20% sur toutes les formations

Jusqu’au 8 décembre 2021 inclus !

X