Vous le savez comme moi, quand il s’agit de voyager ou de se déplacer avec son didgeridoo, on comprend rapidement qu’il n’a pas été conçu pour ça ! Ça n’est pas tant son poids que sa longueur qui peut-être gênant. Ne vous est-il jamais arrivé de cogner votre instrument contre le haut d’une porte en ayant jugé votre didgeridoo trop court ?! Ou bien encore lorsqu’il faut caler votre didgeridoo contre le siège arrière de votre voiture pour pouvoir fermer le coffre…

Bref, très rapidement se pose la question du didgeridoo de voyage. Après tout, puisque ça n’est qu’un tube, il devrait bien exister des solutions adaptées aux déplacements, non ?

Cette question m’est régulièrement posée. Et je dois bien admettre que je suis souvent ennuyé pour donner une réponse. En effet, les critères de choix sont importants et la gamme de didgeridoos de voyages n’est pas si étendue. Deux contraintes à faire cohabiter. Tâchons donc tout d’abord de tenter d’éclaircir ce que vous ferez avec votre didgeridoo de voyage.

Petit aparté avant cela, j’en profite pour vous rappeler que vous pouvez pratiquer votre didgeridoo sans votre didgeridoo (Regarder aussi : Un exercice pour progresser sans votre didgeridoo). Exercice, que je ne pourrais que vous conseiller, tellement il vous fera progresser.

Les trois critères à prendre en compte

1. Sera-t-il votre didgeridoo principal ?

Cette question est importante, car elle va déterminer combien de temps vous passerez à jouer sur votre instrument. Et cela change pas mal la donne. En effet, et vous allez rapidement vous en rendre compte, un didgeridoo de voyage se soustraira difficilement à votre instrument principal. La réduction de l’encombrement a pour effet de contraindre la jouabilité et le caractère de l’instrument. Point de nuit sans jour, point de vie sans mort, tout est relatif dans ce bas monde.

Je vous conseille donc, à moins que vous ne soyez débutant, d’avoir déjà un didgeridoo principal avant d’investir dans un didgeridoo de voyage. Certes, il sera plus encombrant, mais vous prendrez bien sûr de plaisir à souffler.

En revanche, pour les personnes qui ont déjà un instrument ou pour les débutants (moins exigeant pour commencer), alors la suite de cet article pourrait vous aider.

2. Quel budget avez-vous ?

Le budget fait rapidement le tri dans le choix d’un instrument ! Et même si ça peut vous paraître frustrant, il a le gros avantage de vous aider à vous y retrouver. En fonction de vos envies et de votre situation, il est évident que vous ne serez pas forcément prêt à débourser une grosse somme pour avoir la joie de transporter votre didgeridoo partout avec vous.

C’est pour cette raison que j’ai pris soin d’inclure différents budgets dans la liste qui va suivre. Cependant, vous allez voir qu’il n’y a pas de miracle… Le didgeridoo reste un instrument de niche et donc principalement de facture artisanale. Le travail manuel se paye et c’est bien normal. Mais en contre-partie, les prix peuvent rapidement monter. Vous voilà prévenus moussaillon !

3. Comment vous déplacez-vous ?

Si vous lisez ces lignes, c’est que vous avez certainement un métier ou une vie qui vous contraint (ou vous encourage !) à régulièrement vous déplacer. C’est d’ailleurs bien souvent la raison pour laquelle les personnes souhaitent investir dans un didgeridoo de voyage.

Cependant, les déplacements peuvent varier : voiture, train, avion, métro… Autant de critères qui influencent chacun à leur manière le choix d’un didgeridoo transportable.

Par exemple, en train ou en métro, le poids pourrait être un critère important. Alors qu’en voiture, ce dernier sera peut-être moins essentiel. Quant à l’avion où la taille autorisée en cabine est de 115 centimètres environ (longueur + profondeur + largeur), il encourage fortement à se poser la question de la longueur.

Un petit partage d’expérience en passant, la première fois où j’ai du prendre l’avion avec mon didgeridoo, c’était pour aller donner un concert et un stage à Budapest, j’étais très inquiet et j’avais emballé mon didgeridoo avec du plastique bulle comme jamais. Le colis était énorme ! Au final et mise à part un stress intense, tout c’était bien passé. Je me suis alors rendu compte que les vols courts (en Europe) ne semblent pas mettre en danger les didgeridoos en soutes.Dorénavant, j’emballe simplement d’une couche de plastique bulle mon didgeridoo avant de le mettre dans sa housse, puis en soute. Pour le moment, ça passe.🤞Mais je vous accorde que cette solution n’en est pas une…

Les présentations étant faites, voyons maintenant ce que l’on peut trouver en termes de didgeridoo transportable ! La plupart du temps, les personnes qui me contactent me parlent du didgeridoo escargot ou de Didge-box. Deux choix que je ne vous conseille pas forcément… Et voilà pourquoi.

Les didgeridoos pour voyager

Didge-box, pas chers mais à fuir

• Tarif : environ 50€
• Source photo

De prime abord, un didge-box a tout pour plaire : extrêmement compacte, il se range facilement dans un sac, son prix est attractif et de nombreuses vidéos en font l’éloge.

Tout cela lui offre une aura attrayante.

Malheureusement, à celui qui connaît le domaine, le charme tombe rapidement. C’est un fait : la plupart des didges-box ne sonnent pas. Fabriqué en contreplaqué, l’intérieur n’est pas circulaire, mais souvent rectangulaire, ce qui n’est pas un bon argument pour notre bon vieux bout de bois. De plus, la forme de la colonne d’air à l’intérieur est souvent torturée ce qui dessert son acoustique. Certes, le système est ingénieux, mais vous l’aurez compris, je vous le déconseille : harmoniques pauvres, pas de résonance, pas de rebonds, pas grand-chose…

Snake Didge (ou didge escargot), oui mais pas n’importe lesquels

Snake Didge industriel, passez votre chemin, y a rien à entendre

• Tarif : à partir d’environ 75€
• Source photo

Tout est dit dans le titre. Ces didgeridoos sont vraiment de piètres qualités et même si leurs tarifs paraissent tentants, courez. Ce sont les cousins des didgeridoos indonésiens creusés par la vis (Lire aussi : Attention aux didgeridoos pas chers !).

Mais, à la différence de ces derniers qui parfois sonnent, il ne m’est jamais arrivé d’avoir un didgeridoo escargot entre les mains qui résonne. Malheureusement, ces instruments ne sont pas juste mauvais, ils bloquent bien souvent l’apprentissage et la progression du joueur. Et croyez-moi, il est rare que mon propos soit si radical.

J’imagine en écrivant cet article, les personnes qui ont un didg escargot. N’ayez crainte ! Ça fait mal sur le coup, mais promis ça vous rendra service : changez de didgeridoo. Il ne vous faudra pas longtemps pour entendre la différence (lire quel didgeridoo choisir pour apprend à jouer ?). Bien sûr, je n’ai pas tout essayé et il est possible que certains modèles sonnent mieux que d’autres… Mais j’avoue que je n’y crois guère !

Attention cependant, je parle bien ici des didgeridoos escargots que vous trouverez dans les grandes enseignes de magasins de musique. Pour infos, il arrive parfois que certains artisans en fabriquent en terre cuite. Dans ce cas, le didge escargots sonnera souvent plutôt bien, mais il aura l’inconvénient d’être fragile et surtout extrêmement rare à trouver.

Néanmoins, gardons espoir, car tout n’est pas perdu ! Il existe aussi des Snake didge artisanaux et là, ça change la donne.

Snake Didge artisanal, un bon choix, mais plus cher

Yoram (photo d’entête de l’article) | À partir d’environ 400€ (site de Yoram)
Ujazi | À partir de 600€ sur commande (site d’Ujazi)

Certains fabricants ont voulu créer des didges-box (au passage, on pourrait d’ailleurs aussi les appeler des Snake-didge, les deux sont assez proches en fin de compte).

Le résultat est plutôt prometteur pour celles et ceux qui aiment l’idée de jouer dans un didgeridoo compact. Reste le prix qui grimpe alors pas mal, le travail manuel bien fait demande du temps.

À ma connaissance, deux fabricants ont sérieusement développé ce type de didgeridoo Ujazi en France et Yoram en Israël. Je vous laisse découvrir leurs instruments si cela vous intéresse.

Travel-Didge, un choix abordable qui s’en sort bien

• Tarif : 79€
• Plus d’infos sur Didgeridoo-Passion
Parfait pour apprendre, le Travel-didg est un instrument polyvalent et fonctionne plutôt bien. Son seul inconvénient vient de sa matière plastique, et avec tous ces changements climatiques, mon âme d’écolo se réveille de plus en plus. 🌍

Cependant, c’est un didgeridoo que je conseille souvent, car pour débuter ou en didgeridoo de voyage, il fait très bien l’affaire.

Pour la petite histoire, je l’avais pris avec moi quand j’étais parti en Inde en 2013. J’avais eu l’occasion avec ce simple tube en plastique de jouer devant Amma (Mata Amritanandamayi pour les intimes). Ce fut pour moi une belle leçon d’humilité : je jouais devant une des plus grandes saintes indiennes actuelles avec un instrument en plastique, très loin de la qualité de mes didgeridoos habituels… Quelle leçon !

“Le rire est la musique de l’âme.”

• • •

Amma

AirDidge – Un didgeridoo en carbone qui sonne

• Tarif : 365€
• Plus d’infos sur sur Didgeridoo-Passion

L’Airdidge est un petit nouveau dans le monde du didgeridoo de voyage. Composé de carbone et fabriqué en Suisse, il est extrêmement léger, résistant, compact et se dote de plusieurs notes… Voyez-le comme une version de luxe du Travel-Didge. Je l’avais testé et je garde une bonne impression de l’instrument.

Bon… Nous sommes encore sur un pur cône, ce qui le classe à 100% dans la catégorie des didgeridoo coniques. Si vous me connaissez un peu, ce ne sont pas forcément mes formes de didgeridoo préférées, mais il en faut pour tous les goûts (lire aussi : Pourquoi l’analyse des fréquences de votre didgeridoo va vous aider à mieux jouer).

Et dans tous les cas, cette forme est prédominante dans la majorité des didgeridoos actuels (le Travel-didge est dans le même cas) donc ce « détail » mis de côté le didgeridoo, je vous conseille l’Airdidge si son tarif rentre dans votre budget.

Pour lire des retours d’autres joueurs, on parle de l’Airdidge sur ce post du forum de Wakademy.

D’autres didgeridoos démontables/rétractables

Enfin, pour les deux derniers modèles, on bascule dans une autre catégorie. Entendez par là, que l’on passe sur des instruments plus aboutis. Cependant, ils auront l’inconvénient d’être moins compacts et plus chers que les didgeridoos précités.

D’ailleurs, ils ne s’adressent pas tout à fait au même public, mais j’avais envie de vous en dire deux mots. Je précise que je ne cite que deux fabricants, mais il y en a bien sûr beaucoup d’autres comme Pivert Didgeridoo, ou encore les PhonoDidges (merci Adrien).

Les didgeridoos démontables de Véfouns

• Tarif : à partir de 400€
• Plus d’infos sur le site de Véfoun 

J’avais profité de mon voyage à La Réunion pour interviewer Hervé, le fabricant qui se cache derrière le nom de Véfoun (À écouter : Ces excellents didgeridoos en agave qui viennent de La Réunion, rencontre avec Véfoun). Hervé fabrique des didgeridoos en agaves sur l’île de La Réunion. J’en parle régulièrement, car ses instruments ont un excellent rapport qualité/prix.
Et il se trouve qu’Hervé fabrique aussi des didgeridoos en agave démontables : légers, robustes… Autant de qualité qui s’ajoute à celles déjà présentes chez sa gamme classique.

WoodSlides – Gamme Travel

• Tarif : à partir de 820€
• Plus d’infos sur le site de WoodSlide

Les WoodSlides sont des didgeridoos à coulisses créés par Jean-Yves Redors. Il en existe deux gammes : « Classic » et « Travel ». Et c’est précisément, cette dernière qui nous intéresse. Une fois replié le didgeridoo ne fait plus qu’un mètre. Il est donc possible de le prendre avec soi dans l’avion. C’est une des seules solutions valables pour l’avion. L’inconvénient réside dans son poids, plus conséquent qu’un Air Didge par exemple. Mais, est-ce utile de le préciser, ce type de didgeridoo s’adresse avant tout aux joueurs qui recherchent un instrument polyvalent pour jouer avec d’autres musiciens, tout en se déplaçant régulièrement. Des joueurs amateurs éclairés ou professionnels en somme.

Au final, un didgeridoo reste un didgeridoo !

Le didgeridoo, comme tout instrument, est difficilement « rétractable ». Et s’il l’est, c’est au prix d’importants compromis (lire aussi : Plusieurs notes en un seul instrument, petit tour d’horizon des didgeridoos à coulisse !). L’acoustique étant maître dans le monde de la musique, il y a des proportions minimums, des équilibres à maintenir. Pour ma part, je me suis fait à l’idée d’avoir un instrument relativement encombrant. C’est comme ça. Les chiens aboient, les chats miaulent, ainsi va la vie. Et puis, quand je rouspète un peu sur mon didge, je pense aux contrebassistes, pianistes ou encore batteurs, alors je relativise. 🤔

Mais il est vrai que parfois un didgeridoo de voyage est utile. Alors même s’il n’aura jamais la prétention de remplacer votre instrument de « salon », il pourra grandement vous dépanner plus d’une fois. D’ailleurs, si vous connaissez d’autres options ou si vous avez trouvé vos propres solutions, faites vos retours en commentaires. Ça pourra peut-être en aider certains !

NB : je précise que je ne touche aucune commission sur les produits cités. Wakademy est totalement indépendant et fonctionne uniquement sur la ventes des méthodes, des stages et des formations en ligne.

Crédit photo d’entête : Yoram

Share This
X